© 2018 - Collectif 2.1 - SIRET: 829 373 794 00033

"UND"

, Howard BARKER

"On ne sait pas trop,  peut-être la peur de perdre ce duel à mort qui s’est amorcé. Ici le temps est compté..."

        « Und » est une histoire simple tissée de toute la complexité de l’être. C’est l’histoire d’une femme qui attend un homme, c’est un rendez-vous manqué qui n’aura pas lieu. Ils semblent s’être déjà rencontré par le passé, leurs routes se sont croisées à un moment donné, mais on en ignore les tenants et les aboutissants. L’époque et la temporalité nous sont inconnues, on ne sait pas qui ils ont été l’un pour l’autre. Des amants ? Une victime et son bourreau ? L’un et l’autre à la fois ? Est-ce un rendez-vous galant ou peut-être une tentative de solder ses comptes ? La seule chose qui nous soit vraiment donnée à voir c’est l’incertitude de l’attente. Une tension toute tournée vers celui qui doit d’un instant à l’autre franchir le pas de cette porte (ou ne doit pas d’ailleurs…). Und, la femme, attend, elle attend et son sentiment s’exaspère. Elle attend, attend, attend, passe par tous les états, se retranchant parfois dans le confort de conventions toutes bourgeoises venant y goûter pour un temps une forme de sécurité. Elle dicte ses règles du jeu, mais l’autre, il, ne semble pas s’y plier. Alors, elle fait des suppositions, essaye de deviner les intentions de son adversaire/partenaire. L’angoisse la gagne petit à petit. L’angoisse de quoi d’ailleurs ? On ne sait pas trop,  peut-être la peur de perdre ce duel à mort qui s’est amorcé. Ici le temps est compté, un être qui se consume à une telle vitesse ne peut pas faire de vieux os. Barker signe une partition au rythme brisé qui alterne entre des surgissement de pensées très brefs, très piqués et un lyrisme au souffle dantesque.  « UND », c’est l’histoire d’un être qui brûle de ses passions, elle contient en elle sa propre destruction. Si bien, qu’on en fini par se demander si ce n’est pas tout simplement la Mort qu’elle attend. « Und » signifie « et » en allemand , ce « et » sous-tend une dualité avec une tiers personne ou bien est-ce d’elle-même dont il s’agit ? Car du début à la fin Und est bel et bien seule sur le plateau. On ne voit jamais l’intervention des autres personnages qu’elle semble invoquer. Est-ce qu’elle les tire de son passé, comme une résurgence de l’esprit, ou sont ils vraiment présents ?

 


     Le projet à pour but d’interroger les déformations de la mémoire. L’écart entre ce qui est vrai et la fiction que l’on se construit afin de satisfaire à l’image de son soi intérieur. Cette parole met en travail la violence de l’auto-persuasion en tant qu'unique moyen de préserver l’identité que l’on s’est forgée au yeux de la société, et que l’on fini par intégrer comme étant l’unique vérité. C’est un aller-retour entre fiction inconsciente et perception.

 

DISTRIBUTION /

Und: Agathe LISTRAT / Emeline DUBIEF (en alternance)

Création sonore: Thibaut RAQUIN

Scénographie: Matin RIGUET / Emeline DUBIEF

GALERIE

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now